Discrimination à l’embauche chez GoAir

par Benjamin Antoine, , mise à jour
G8 / GOW

Crée en 2005, la compagnie low-cost Indienne GoAir est maintenant connue pour sa discrimination à l’embauche. 

Sous prétexte d’une réduction du poids des avions, le transporteur Indien a décidé de n’employer que des hôtesses de l’air à la taille fine. Par conséquent les hommes et les femmes aux formes plus traditionnelles n’auront plus aucune chance d’être pris comme personnel navigant commercial.

Sur les 130 stewards déjà intégrés dans la compagnie, aucun ne devrait perdre son poste tout comme les hôtesses.

La compagnie possède une flotte de 14 A320 et elle en attend encore 77, soit un besoin estimé à 2000 hôtesses de l’air.

Les vols 100% féminins correspondent à une baisse de la sécurité à bord. Si un ou plusieurs passagers venaient à poser des soucis (agitation, violence….), comment des hôtesses fines feraient pour gérer ça (imaginer une hôtesse de 50KG contre un passager de 2m et 120KG) ? Ce n’est pas que les stewards sont forcement la solution, mais la présence d’un homme peut en dissuader certains.

Un ancien dirigeant anonyme à déclarer au Huffingtonpost.

Il y a de nombreuses choses qu’une compagnie aérienne peut faire pour réduire pour le poids d’un appareil. Par exemple, il peut réduire le poids de la nourriture et de l’eau qui est transporté à bord, utiliser des ustensiles légers, ajuster au mieux le carburant nécessaire selon le vol durée, etc GoAir utilise la flotte Airbus 320 qui signifie qu’il aurait, en moyenne, quatre membres d’équipage par vol domestique. Même si un seul d’entre eux est un homme,il y aura t il  une énorme différence de masse de l’avion ?

Cas comparables

Turkish Airlines a demandé à 28 hôtesses de perdre du poids dans les 6 mois. Si elles ne parvenaient pas aux objectifs fixés, elles perdaient leur emploi. (août dernier).

Thai Airways a demandé l’IMC de ses navigants les plus enrobés. Et ils avaient également 6 mois pour les perdre.

Source : Huffigton post

Vous allez adorer

A propos de l'auteur Benjamin Antoine

HappyFlight

Ancien personnel navigant commercial (steward) sur court, moyen et long courriers, je garde une passion pour l'aérien.