Pour le plus grand des bonheurs de ma malchance…

par Alexandre Etzlinger, , mise à jour
U2 / EZY

Le récit ci-dessous raconte les déboires d’Alexandre Etzlinger, membre de What The Flight, lors de son dernier voyage avec la compagnie Easy Jet

Pour le plus grand des bonheurs de ma malchance…

Après un grand moment d’absence, me revoici sur WhatTheFlight.com pour de nouveaux articles. Et je décide, comme l’indique le titre, de vous raconter ma plus belle anecdote et par la même occasion la pire de mes anecdotes par le biais de ces quelques lignes…

En début mai j’avais acheté deux billets chez EasyJet, un aller-­retour Genève ­ Barcelone un peu spécial… Pourquoi ? J’étais invité dans le cockpit pour faire le vol en jumpseat (avec les pilotes durant le vol) ! Vous allez me dire que ça devait être génial ! Eh bien non, enfaîte oui cela aurait été génial si je n’avais pas raté mon avion.

Pour la petite histoire,
Habitant loin de l’aéroport, j’avais décidé de me rapprocher de ce dernier, en allant dormir chez ma grand­-mère, habitant à 15 minutes de l’aéroport de Genève (en vélo). Fin de l’embarquement prévu à 06:20 du matin, j’avais prévu de me lever vers 4 heures pour avoir le temps, et d’embarquer en avance (le copilote viendrait me chercher).

Donc petit réveil sur IPhone, et dodo…
Le lendemain, il est 05:45, ma grand­-mère entre dans ma chambre en me demandant si je ne devrai pas me lever… À partir de ce moment-là, je vous laisse imaginer ma tête ! J’ai d’abord cru à un cauchemar, je me suis alors soulagé en me disant que j’allais me réveiller. Euh… pas tout à fait alors… ma grand­-mère allume la lumière, je regarde mon téléphone, le réveil de 4 heures sonnait, mais dans le vide… enfin, réalisant que tout cela n’était pas un rêve, mais bel et bien réel, je mis mon téléphone dans ma poche, sans rien toucher, pour regarder plus tard ce mystérieux silence.

Je ne pris même pas le temps de déjeuner, descendis dans la rue, pris mon vélo et partis en trombe!

06:00 j’arrive à l’aéroport… non non, ce n’est pas une blague, 15min après mon réveil j’étais dans le hall de l’aéroport, les cheveux en pétard, tout transpirant. Je décidai de passer rapidement aux toilettes avant de passer la douane pour me faire une petite “fraîcheur”… mon dieu, quel c**.

Après avoir perdu du temps, je monte vers la douane, ayant déjà fait mon check-in en ligne et n’ayant pas de bagage, je n’avais plus qu’à passer la douane… une queue d’enfer ! J’ai demandé à un responsable de me faire passer en lui disant que mon avion partait dans 10min. Cette personne me regarda et me dît de manière désagréable “comme tout le monde ici monsieur”. D’accord merci.

Je me mis dans la queue puis reçus un appel soudain du copilote me demandant où j’étais, car l’embarquement était terminé… Je lui ai expliqué que j’étais encore à la douane, mais que j’allais commencer à dépasser les gens pour me dépêcher.

“Pardon, excusez-moi j’ai mon avion qui va partir, pardon…” après avoir passé toute la queue en 1min chrono, je passais le contrôle de douane, me déshabillai, puis me rhabillai. Je me mis à courir à la porte… mais la malchance m’avait encore frappé…

J’avais oublié mes boarding pass sur la machine de la douane pendant que j’enlevais mes vêtements. Je me suis donc arrêté de courir, j’ai envoyé un message au copilote en lui disant que je ne pourrai pas venir, et qu’ils pouvaient partir. Pas de réponse… téléphone coupé, l’avion était en train de partir.

Dégoûté, et après être sortie des départs, je me rendis au guichet service client Easyjet où j’ai expliqué mon problème… , malheureusement j’ai déboursé 20 chf aller et 30 chf retour dans une assurance de vol manqué qui me servait uniquement à reprendre un autre vol, mais pas de remboursement. Énervé, je n’ai même pas envisagé de faire fonctionner mon assurance pour juste partir une petite journée à Barcelone me changer l’esprit.

Jamais je n’ai été en retard à un vol, jamais je n’avais raté un vol, et il a fallu que ce soit celui-ci ! Ah oui, pour l’IPhone qui sonnait encore à 06:50 dans ma poche, et bien grand mystère… ce dernier a sonné dans le vide, sans être sous silence, avec le volume au maximum.

Morale de l’histoire?

Attention à votre mal chance, et à vos réveils qui sont parfois joueurs.

Photo : Paul Bannwarth

Vous allez adorer

A propos de l'auteur Alexandre Etzlinger

AlexEtz

Je m'appelle Alex, je suis un grand passionné d'aviation. Je souhaite en faire mon métier, je suis d'ailleurs sur la voix des études de pilote de ligne, une chose qui coûte cher malheureusement mais passionnante!

J'adore voyager. Et j'aime parler du monde de l'aviation, tellement peu connu des gens finalement. Pleins de préjugé ou de fausses idées hantes les pensées de beaucoup de passagers (lowcost, danger, technique, procédures, sécurités...). J'aime donner tord aux gens qui font fausse route en étant sûr d'avoir juste! :D