Nous avons testé les stages contre la peur en avion…

par Benjamin Antoine, , mise à jour

Prendre le bus pour aller jusqu’en Espagne ou le train pour aller en Hollande, des situations irréalistes ? Et pourtant, nous avons suivi deux aérodromophobes pendant un stage contre la peur en avion pour qui ces situations se sont présentées. 

Emmanuelle, employée d’une organisation intergouvernementale est amenée à voyager fréquemment à travers le monde. Elle a suivi le stage proposée par  FlightAdventures, à l’ Aéroport International de Strasbourg. Pour elle, prendre l’avion était source de stress dès la préparation du voyage jusqu’à l’arrivée à destination. Sa plus grosse peur ? Que l’avion ne résiste pas aux turbulences et se brise.

Nicolas quant à lui travaille chez Digital Village, à Paris et a assisté au stage proposé par la société Centre de Traitement de la Peur en Avion dans les locaux de Flight Sensations à l’aérodrome de Pontoise Corneilles. Réel phobique de l’avion et des transports (RER, train…), il n’a pas réussi à remettre les pied dans un appareil depuis 10 ans !

Fonctionnant de manière quasi similaire, nous avons demandé aux deux participants de nous expliquer le déroulement de leur journée respective.

Emmanuelle (Strasbourg)

Notre salle de formation à l'Aéroport de Strasbourg

Notre salle de formation à l’Aéroport de Strasbourg

La formation s’est déroulée avec un très petit nombre de participants (4), ce qui m’a agréablement surprise. Nous avons commencé par nous présenter et partager avec le formateur (un pilote d’une compagnie aérienne renommée) nos différentes angoisses face au vol. Le formateur a réussi à désamorcer une à une toutes les causes de ce stress. Puis il nous a présenté des diapositives très suggestives sur des thèmes tels que la sécurité : non seulement à propos de l’avion lui-même mais également au niveau du contrôle aérien. Tous les stagiaires ont pu poser des questions de manière libre et conviviale…

Personnellement, j’ai été rassurée par les réponses à toutes les questions que je pouvais me poser et c’est en satisfaisant ma curiosité intellectuelle, je pense, que ce stage a réussi à effacer nombre d’angoisses.

Direction le simulateur pour Emmanuelle !

Direction le simulateur pour Emmanuelle !

Après une pause déjeuner au restaurant de l’aéroport, où le petit groupe a continué à partager ses expériences personnelles, nous sommes allés prendre place dans le simulateur du Boeing 777. Nous avons tous, un à un, pris place au côté du pilote pour prendre les commandes.  J’ai choisi de décoller de l’aéroport de Westerland, une destination où nous nous sommes souvent rendus en famille. Le décollage a été pour moi une expérience inoubliable : j’ai compris que c’était une phase contrôlée et active, où l’avion prend son envol sans danger. Après un petit tour, nous avons atterri sur cette même piste. La journée de formation s’est terminée après avoir assisté au vol de chaque stagiaire.

Emmanuelle est bien arrivée à destination !

Nicolas (Paris)

Une salle qui met dans l'ambiance

Une salle qui met dans l’ambiance

La journée de stage s’est déroulée à l’aérodrome de Pontoise Cormeilles à quelques kilomètres de Paris. Après un petit déjeuner d’accueil et pour nous mettre en condition nous nous sommes assis dans de véritables sièges d’avion.

Début de la formation...

Début de la formation…

De l’explication scientifique de la portance d’un avion, aux fonctionnements des réacteurs en passant par les règles de sécurité de l’aviation civile, la présentation était pour le moins exhaustive. Dans un second temps nous avons travaillé de façon plus précise sur les crises de paniques et leurs résolutions/préventions au travers d’exercices collectifs de respiration et de cohérence cardiaque.

Pour clore cette journée de stage, nous sommes tous passés aux commandes du simulateur. C’était pour le moins impressionnant. Accompagné d’un véritable pilote de ligne, dans un véritable cockpit de 737, nous avons pu décoller, atterrir et réaliser des simulations de décrochage le tout sur la destination de notre choix.

Est-ce que ces journées sont vraiment efficaces ?

Emmanuelle revient pour nous sur son voyage à Tokyo, deux semaines après ce stage.

Type d'appareil similaire à celui emprunter par Emmanuelle

Type d’appareil similaire à celui emprunter par Emmanuelle

Mon premier vol après la formation a été pour Tokyo, sur un Boeing 747-400. Les jours qui ont précédé le vol ont été très « relax ». Au moment du décollage, j’ai repensé à mon expérience en simulateur et j’ai vécu cet épisode pour la première fois sans  aucune crainte. Les quelques turbulences sur le trajet m’ont rappelé que le vide n’existe pas, que nous sommes dans un milieu fluide et que les ailes de l’avion n’ont aucun mal à porter ce géant. Je n’ai absolument pas eu peur sur ce trajet. Le retour de Tokyo a été tout aussi agréable, avec en prime une visite du cockpit (avant le décollage bien sûr). Pour ce vol de 12 heures, 3 pilotes étaient présents. Une femme était assise aux côtés du commandant de bord.Toute cette petite équipe m’a accueillie avec la plus grande gentillesse. L’un d’entre eux m’a demandé si je prenais volontiers l’avion et je leur ai narré mon aventure FlightAdventures ! Au cours du vol, je me suis dit que la boucle était bouclée et qu’il fallait balayer ces angoisses à jamais !

De son côté Nicolas, même ayant apprécié la journée de stage et ayant intégré certaines notions qui lui étaient inconnues ne se sent pas encore capable de reprendre l’avion.

Non, une seule journée de stage aussi bien construite soit-elle, ne peut dans mon cas me faire changer radicalement de comportement. Cela m’a permis de réinjecter des éléments rationnels dans mon fantasme de l’aviation civile. Par contre, je pense que cette journée est une très bonne solution pour les personnes prenant régulièrement l’avion la peur au ventre

Comme 4% des stagiaires*, Nicolas devra donc aller plus loin que la simple journée de formation pour vaincre sa claustrophobie en avion. Pour y parvenir, le Centre offre des suivis individuels par des psychologues. (* Chiffre fournis par le centre).

vue du ciel peur avion

Avec le recul de l’expérience de personnel navigant commercial (steward), je pense réellement que ce type de stage (j’étais présent à celui de Strasbourg) peut permettre aux phobiques de diminuer leur anxiété voire de la faire disparaitre totalement.

J’ai notamment apprécié un certains nombres de détails techniques dont je n’avais pas connaissance. Par exemple, saviez-vous que lors de turbulences, l’appareil bouge au maximum de 50cm verticalement ? Une information qui peut effacer la peur des «trous d’air»….
Mais aussi le fait que le pilote-formateur ne se formalise pas que sur le pilotage mais également sur la cabine où les hôtesses et stewards ont un rôle important à jouer pour la sécurité.
Sur la journée, le seul point qui aurait mérité plus d’approfondissement à mon sens est le terrorisme. Le suivi post-stage proposé par les équipes est un réel plus qui permet de continuer à échanger avant ou après un possible vol.

De son côté Florian qui a accompagné Nicolas durant le stage proposé par le Centre de Traitement de la Peur en Avion a notamment apprécié les techniques de relaxations à appliquer pour la gestion des moments de stress. Il a eu l’occasion de les mettre en oeuvre, en situation réelle et avec de très bons résultats.

Bon à Savoir : Si vous n’êtes pas phobiques et que vous souhaitez vivre une belle expérience en prenant la place du commandant de bord, c’est possible. Les deux centres proposent des stages pour découvrir les joies du pilotage en toute sécurité !

Contact et réservation

- Pour le centre FlightAdventures par formulaire et au 0 972 300 777.
- Pour le Centre de Traitement de la Peur en Avion par formulaire et au 0 951 830 580

Image à la une : Simulateur FlightAdventures

Vous allez adorer

A propos de l'auteur Benjamin Antoine

HappyFlight

Ancien personnel navigant commercial (steward) sur court, moyen et long courriers, je garde une passion pour l'aérien.