Dépressurisation à bord d’un Boeing de Ryanair (photo)

par Benjamin Antoine, , mise à jour
FR / RYR

Le vol FR5842 de la compagnie irlandaise Ryanair devant assurer un vol entre la Grèce et les Pays-Bas a été victime d’une dépressurisation. Découvrez ce qu’il s’est passé en cabine et dans le poste de pilotage.

Embarquement en coursà bord d'un Boeing de Ryanair

Embarquement en cours à bord d’un Boeing de Ryanair (photo issue d’un avis d’AirNapoleon)

Le Boeing 737-800 de la compagnie spécialiste des vols pas chers se trouvait  au-dessus de l’Allemagne quand une dépressurisation est survenue. Les masques à oxygène se sont déployés en cabine. Conformément aux procédures, les pilotes ont effectué une descente d’urgence jusqu’à une altitude de 3000 mètres. L’avion s’est ensuite posé en urgence à l’aéroport de Francfort Hahn (Allemagne). Il n’y a pas eu de blessé.

Pourquoi un avion est-il pressurisé ?

A une altitude de vol d’environ 9 000 mètres, il serait impossible de respirer sans un système adapté. En effet, l’air extérieur est trop froid (environ -50°c), trop sec et surtout manque d’oxygène. Un humain ne pourrait donc pas survivre plus de quelques secondes.

Moins 70 degrés à 11 000 mètres selon l'affichage à bord d'un vol AirFrance

Moins 70 degrés à 11 000 mètres selon l’affichage à bord d’un vol AirFrance

Afin de rendre l’atmosphère en cabine respirable, de l’air extérieur est aspiré. Celui-ci est comprimé, chauffé et réinjecté dans la cabine. Ainsi, une fois en vol, l’altitude en cabine est de 2400 mètres environ.

Que s’est-il normalement passé dans le poste ?

A partir du moment où la défaillance du système de pressurisation a été décelée par les pilotes (PNT), ils ont immédiatement enfilé un masque à oxygène. Il se trouve à gauche du commandant et à droite du co-pilote. Applicable d’une seule main, il permet aux pilotes d’avoir deux heures d’oxygène pure.

Ils ont ensuite amorcé la descente d’urgence avant de se dérouter vers l’aéroport le plus proche.

Que s’est-il normalement passé en cabine ?

Comme le montre la photo ci-dessous, dès que l’altitude en cabine a atteint les 4500 mètres, les masques à oxygène sont tombés devant les passagers. Sur certains appareils, cette chute peut même être accompagnée d’une bande son pré-enregistrée invitant les personnes à s’équiper dans les plus brefs délais. Si ce n’est pas le cas, les hôtesses et stewards (PNC) crieront des ordres comme «Tirez sur un masque, appliquez le sur le visage». Dès que possible, ils effectueront des annonces standards.

Masques à oxygène sortis à bord du Boeing (source : Twitter)

Masques à oxygène sortis à bord du Boeing (source : Twitter)

Que faire si les masques ne tombent pas ? Dans un avion, il y a toujours des solutions de secours. Les pilotes pourront déclencher la descente de ceux-ci depuis le poste ou alors les PNC pourront les sortir manuellement.

Le cas du vol Vueling

AlexD, membre de WhatTheFlight a vécu une dépressurisation lors d’un vol à bord d’un appareil de Vueling. Découvrez son récit et les photos prisent pendant l’incident.

Arrivée d'un appareil Vueling après une dépressurisation

Arrivée d’un appareil Vueling après une dépressurisation

On ne rappellera jamais combien il est important de mettre son masque à oxygène rapidement pour éviter le risque d’hypoxie.

Vous allez adorer

A propos de l'auteur Benjamin Antoine

HappyFlight

Ancien personnel navigant commercial (steward) sur court, moyen et long courriers, je garde une passion pour l'aérien.