Le Dreamliner 787 de la RAM

Avis de eustancade33 sur le vol Royal Air Maroc entre Casablanca Mohamed V. et Rio De Janeiro Intl du 27/02/2017 en Economie
eustancade33 AT / RAM CMN / GIG

Nous avions pris ce vol pour aller de Bordeaux à Rio de Janeiro via Casablanca car il était légèrement moins cher que celui de la TAP - via Lisbonne et surtout car il était opéré pour la partie transatlantique sur Un Boeing 787 "Dreamliner" que je n'avais jamais utilisé.

Tout d'abord l'attente à l'aéroport de Casablanca est distrayante , malgré le caractère sinistre du bâtiment. La sécurité se passe dans une folklorique pagaille car le soir beaucoup de vols partent pour les capitales d'Afrique Noire et il y a foule de voyageurs.

Puis l'attente se fait dans un immense corridor éclairé violemment au néon, très large, très bruyant, mais les portes d'embarquement sont clairement indiquées.

L'embarquement pour Rio via Sao Paolo se fait dans un joyeux désordre, là aussi on utilise des autobus jusqu'au pied du Dreamliner.

D'abord l'escalier est assez haut pour y accéder, ensuite dans le sas de l'avion on vous indique quel est le couloir qui dessert votre siège. Avion "bi-couloir".

Là, grande déception pour la découverte sièges en cuir beige et un peu de rouge. Répartis en 3-4-3, l'éclairage est correct.

Les sièges s'avèrent très durs et étroits malgré la petite couverture et le micro oreiller. L'inclinaison est satisfaisante et l'espacement correct - je mesure 1,80m.

Le système vidéo utilise des écrans incorporés au siège précédent.

Le service à bord est "à minima" , un repas identique au vol précédent sauf que la viande a été remplacée par un filet de poisson sans goût ni consistance, toujours le même petit vin rouge de Meknès agréable, pas d'eau sur la plateau et le même fromage gouteux.

Le hors d'oeuvre reste dans ses cassolettes pour la plupart des passagers.

Ensuite pendant la nuit pas de présence du personnel il faut aller chercher de l'eau dans les galleys désertés par les PN, et au matin petit déjeuner misérable, un petit pain sec pas de beurre pas de confiture et une micro tasse de café.

Les passagers débarquant à Sao Paolo quittent très lentement l'avion - contrôle d'identité à la sortie.

Ceux qui vont voyager vers le Maroc montent, et on assiste à un ballet de changement de sièges compte tenu des places attribuées ou ré-attribuées aux nouveaux venus.

Sur cet avion mon voisin avait un système de vidéo qui ne fonctionnait pas, après plusieurs réclamations on lui attribué un autre siège, qui s'est avéré défectueux car il n' s'inclinait pas et il est resté en position droite les 9-10 heures de vol.

Les toilettes - lunette des wc- comportent des trace noires douteuses , ce qui est regrettable sur des avions très récents.

Il n'y a pas de service à bord, ou il est inconsistant, de nombreux stewards se promènent et les hôtesses sont très effacées. De plus on ressent une certaine arrogance dans leurs réponses même à la sortie à la question de savoir pourquoi cartes d'embarquement et passeports étaient contrôlés à la sortie de l'avion à Rio de Janeiro.

Malgré les couloirs infiniment longs de l'aéroport de Galeo pour arriver à la police on est content de quitter cet avion même si les hublots sont larges et se polarisent.

Les bagages avaient suivi depuis Bordeaux ce qui a été réconfortant.

Générale
Note globale
2 / 5
Rapport qualité / prix
3 / 5
Au sol
Enregistrement et embarquement
3 / 5
Gestion des bagages
4 / 5
A bord
Confort
2 / 5
Service
2 / 5
Sécurité perçue
3 / 5
Nourriture
1 / 5
Partager !
Avis utile ?
1
0

Opinions les plus lus sur Royal Air Maroc

Par eustancade33, à propos de Royal Air Maroc, , près de Boulogne-Billancourt, Île-de-France, France
Mise en ligne par Nicolas, le 24 avril 2017, voir la version originale
Signaler ce contenu

Vous représentez Royal Air Maroc et vous souhaitez répondre à cet avis ou être notifié par email lorsqu'un avis est publié sur votre compagnie ? Merci de nous contacter !

Un commentaire RSS Commentaires

Ajouter un commentaire

Consulter les avis sur Royal Air Maroc