Un vol "d'adieu"

Avis de Arthur L sur le vol Belavia B2872 entre Geneve et Minsk du 29/05/2015 en Economie
Arthur L B2 / BRU GVA / MSQ
Cet avis relate une expérience vécue il y a plus de 3 ans. Les notations ne sont pas utilisées pour le calcul de la note globale.

Belavia l'avait annoncé depuis quelques mois: elle allait retirer ses Tupolev Tu-154M de sa flotte. Ces avions ne correspondant plus aux nouveaux standards écologiques, sonores, économiques et technologique, la compagnie faisait donc voler ses Tu-154 au prix fort.

En signe "d'adieu" à ce mythique tri-réacteur conçu en Union Soviétique par le bureau d'études Tupolev, elle organisa un vol direct de Genève à Minsk, en Biélorussie. L'avion construit en 1993 immatriculé EW-85748, fait partie des versions "M" construites à partir de 1982. Bien entendu, pratiquement aucune électronique, aucun systèmes de divertissements, tout analogique; bref, à l'ancienne. On trouve seulement un minimum d'électronique dans le cockpit, et ce n'est que le FMC (si il y en à un) et un système GPS. Les 99% du poste de pilotage est analogique.

Maintenant, nous allons aborder le déroulement du vol.

Arrivée au ckeck-in dans les temps, passage rapide à la douane, tout se déroule pour le mieux.

L'avion est parqué sur un parking qui n'est pas équipé de tunnel. Les personnes des rangées 1 à 11 (nous) prennent donc en premier le bus pour nous transporter vers l'avion. Sortie du bus échelonnée pour pouvoir prendre des photos souvenirs (densité de spotters très élevée) et montée dans l'avion à l'ancienne avec l'escalier mobile. Premier coup d'oeil de l'avion: la livrée respire les années 70', saleté, hublots ayant mal vécus les vols à répétitions, la peinture à vieillie et l'état général extérieur est légèrement.. altéré.

Accueil dans l'avion par une hôtesse de Belavia nous indiquant notre place en parlant avec un très fort accent russe. Les sièges sont étonnement très confortables (et même repliables à plat!) mais dans un état laissant à désirer (déchirures, vieux tissus..). Aucun système de divertissement mais on s'y attendait tous et personne ne vient pour cela.

Nous nous asseyons dans nos sièges, attendant le départ du vol. La démonstration de la sécurité est effectué par les hôtesses et expliquée au micro... totalement en russe. ;) Pour patienter, on nous donne des petits bonbons goût citron. L'attente commence à se faire longue. Le vol à accumulé un retard probablement pour des causes d'organisations (télévision, photographes, water-salute, comité d'accueil...). Le vol partira finalement avec plusieurs heures de retard.

Les trois moteurs Aviadvigatel (Soloviev) D-30KU de fabrication russe se mettent en marche les uns après les autres. L'avion commence à rouler et se fait asperger par les pompiers de l'aéroport dans leur deux camions de chaque côté de l'avion. Quel bel hommage et beau spectacle! Le Tu-154 part en direction de la piste 23 (nord) et passe devant les dizaines de spotters venus immortaliser ce moment unique; c'est peu probable qu'un autre ne revienne à jamais.

Alignement sur la piste 23, et préparation au décollage. Le son des trois très puissants réacteurs est tout simplement fabuleux, un vrai régal, comme une symphonie pour les oreilles. L'appareil met un certain temps à effectuer sa rotation et s'arrache du sol avec majesté.

Avant d'avoir atteint les 10'000 pieds, un bruit sortant apparemment de la porte arrière nous interpelle: un son très strident et désagréable. Cela inquiète un peu les passagers mais pas de quoi en faire un mouvement de panique.

L'avion est stabilisé; le vol est censé durer 2 heures et 50 minutes. Les alpes bernoises peuvent être aperçues plus bas grâce au ciel bleu, pour le plus grand bonheur des passagers. Le repas nous est servi. Des plats typiquement biélorusses; un peu sec mais pas mauvais. A boire, champagne, café et eau plate.

Le vol en lui-même est vraiment très calme, très peu de "turbulences". Le son des réacteur est assez violent, même en étant au septième rang. Une queue s'accumule dans le couloir pour aller photographier le cockpit; pratiquement tout le monde à un appareil photo à la main. Malheureusement, je n'ai pas pu aller voir le cockpit. Pour citer d'autres choses, la compagnie à réalisé une vente aux enchères de trois modèles réduits en bois de notre avion et aussi vendu des "goodies" en son hommage.

Avant l'atterrissage, le personnel de bord nous distribue les feuilles d'immigration à remplir pour rentrer et sortir du pays. Quelque peu difficile à faire, vu que l'approche mouvementée. En approche finale, le commandant fait un atterrissage "à l'ancienne", en faisant beaucoup jouer les réacteurs et en corrigeant la trajectoire finale; ça bouge beaucoup. Touché très doux, la mise en route de la poussée inversée se faire bien ressentir et quelque peu violente (LOL) ! Roulage sur le tarmac de l'aéroport international de Minsk. On pourra noter que cet aéroport (MSQ / UMMS) est construit au beau milieu de la forêt biélorusse. en effet, le pays est recouvert à 39% de forêts

Arrivée sur le parking; les passagers ne faisant pas partie du "Tour Aviation" spécial sont priés de sortir avant les autres. Grande frustration pour tous, de plus la porte du cockpit était fermée. L'argent, c'est le pouvoir..

Descente de l'avion et comité d'accueil du personnel de l'aéroport, de la télévision et d'officiels. Quelques photos souvenir, montée dans les bus nous transportant au bâtiment de l'aéroport lui-même et dernier salut à ce mythique avion... ce moment à pour tous été très émouvant.

Nous arrivons à la douane, dans l'aéroport flambant neuf. L'ambiance est tout de suite au rendez-vous, ce n'est clairement pas Schengen ou l'Europe occidentale. Là-bas la frontière c'est du costaud. Assez peu de gens dans l'aéroport, on est clairement pas à LAX. Les gardes frontières, dans leur uniformes de style soviétique, nous regardent droit dans les yeux et contrôlent méticuleusement notre passeport, mais sans méchanceté ni appréhension. Au final, ce passage à la douane sera relativement rapide (le passeport suisse peut-être?). Une personne s'est juste faite "embêter" au passage, une de ses pages de son passeport était partiellement déchirée et scotché.

Une chose sûre, c'est que dans cet aéroport, tout est à proximité. Le tapis roulant à bagage (le seul) est à 20 mètres de la douane..

L'équipement de ce bâtiment est très complet, parfois même mieux que certains grands aéroports occidentaux, cela est pour moi une vrai surprise. Le temps de passer au bureau de change (le faire entre privé est absolument interdit) et de devenir millionnaire (le rouble biélorusse, LOL) et sortie par la porte principale. Visite d'un "musée" en plein air d'avions juste à côté de la route principale; Ilyushin-76, Tupolev-134, Antonov-2, etc. On ressent instantanément l'atmosphère qui règne dans ce pays.

Retour à la sortie principale pour aller prendre un taxi, qui sont extrêmement peu cher par rapport à chez nous. La ville de Minsk, la capitale, se trouve à environ 40 kilomètres de l'aéroport. Nous partons dans sa direction sur des routes rapides à 4 voies chacune, typique en Europe de l'Est.

En conclusion, j'ai énormément apprécié ce vol et j'ai enfin pu réaliser un rêve: voler sur Tupolev-154M. Ces appareils sont progressivement retirés des dernières compagnies en possédant encore. Ces compagnies peuvent se compter sur les doigts de la main.

Bref, j'ai volé sur Tupolev-154M.

Générale
Note globale
5 / 5
Rapport qualité / prix
5 / 5
Au sol
Enregistrement et embarquement
5 / 5
Gestion des bagages
5 / 5
A bord
Confort
5 / 5
Service
5 / 5
Sécurité perçue
4 / 5
Nourriture
4 / 5
Partager !
Avis utile ?
8
0

Opinions les plus lus sur Belavia

Par Arthur L, à propos de Belavia, , près de Switzerland
Mise en ligne par HappyFlight, le 6 juin 2015, voir la version originale
Cet avis a été consulté 123 fois
Signaler ce contenu

Vous représentez Belavia et vous souhaitez répondre à cet avis ou être notifié par email lorsqu'un avis est publié sur votre compagnie ? Merci de nous contacter !

  • Les equipes de télé biélorusses à Genève.
  • L'arrière du Tupolev Tu-154M à Genève. (GVA / LSGG)
  • L'avant du Tu-154M à Genève. (GVA / LSGG)
  • L'intérieur de la cabine.
  • Un des deux camions de pompiers de l'aéroport international de Genève. (GVA / LSGG)
  • Les "spotters" aux abords de la piste genevoise. (GVA / LSGG)
  • Vue depuis le hublot des alpes bernoises, en Suisse.
  • Le water-salute de l'aéroport de Minsk. (MSQ / UMMS)
  • L'avant du Tu-154M à Minsk. (MSQ / UMMS)
  • L'équipage descendant de l'appareil à Minsk. (MSQ / UMMS)
  • L'équipage descendant de l'appareil à Minsk. (MSQ / UMMS)
  • L'aéroport International de Minsk (MSQ / UMMS)
  • IL-76T (EW-76709) parqué au bord de la route non loin de l'aéroport de Minsk. (MSQ / UMMS)
  • IL-76T (EW-76709) parqué au bord de la route non loin de l'aéroport de Minsk. (MSQ / UMMS)
  • Tarmac de l'aéroport de Minsk. (MSQ / UMMS)

2 commentaires RSS Commentaires

Ajouter un commentaire

Consulter les avis sur Belavia