Très mauvais vol, PNC ultra-malhonnêtes.

Avis de nashtags sur le vol Turkish Airlines 731 entre Male et Istanbul du 19/10/2017 en Economie
nashtags TK / THY MLE / IST

Lors de l'escale à Malé en venant de Colombo et en partance pour Istanbul, je veux filmer la fumée qui est répandue dans l'avion depuis le plafond.

Une des hôtesse m'engueule en anglais:

- Vous ne pouvez pas faire ça !
- Faire quoi ?
- Vous ne pouvez pas prendre de photo !
- Je ne peux pas prendre de photos dans l'avion ?
- Vous ne pouvez pas prendre des photos de nous.
- Je ne vous filme pas, je filme le plafond.
- En êtes-vous sûr?!
- Oui. Vous voulez vérifier?
- En êtes-vous sûr?! (bis repetita...wokay...)

Alors, comment vous dire... À part le fait de justement tenter de cadrer pour éviter d'avoir Madame-Se-Prenant-Pour-Le-Centre-Du-Monde sur mes photos de vacances, le fait qu'elle me demande sèchement si je suis «sûr» que je ne la prend pas dans mon cadre, ça m'a juste fatigué. Oui c'est Oui et Non, c'est Non. C'est pourtant pas compliqué, même pour Madame.

Ensuite, la prise de recharge pour l'USB ne fonctionne pas. Je le dis à une autre hôtesse, elle me dit qu'elle vient dès que le décollage s'est effectué. Je ne l'ai plus revu pour ce sujet.

Un kit de vol a été donné. J'en avait déjà reçu un lors du segment Colombo-Malé.

IFE comme à l'aller avec plusieurs programmes, films et musiques.

En cours de vol, ils se décident à donner des couvertures déjà utilisées puisque depuis Colombo, on m'avait dit qu'il n'y avait plus aucune couverture sous cellophane. Vu que tout le monde demande des couvertures et qu'il n'y en a pas, ils montent la température de la cabine qui devient trop chaude. Là encore, aucune possibilité de régler individuellement l'aération.

Lors que le repas est servi, les deux personnes sur la rangée devant moi engueulent une des hôtesses peu aimable en lui rappelant qu'ils avaient demandé une bière avant le décollage. Comme l'hôtesse attend d'être à nouveau ravitaillée en plats de pâtes, dès qu'elle en reçoit un, elle le donne au passager qui gueulait, laissant d'autres passagers devant être servis dans un ordre avant eux, sans pâtes. Cette manie de servir d'abord ceux qui gueulent est exécrable. Compréhensible. Mais exécrable.

Le petit-déjeuner est servi environ 2h avant d'arriver à Istanbul, vers 3h du matin, heure de destination. Les oeufs sont secs, le plat n'est absolument pas agréable à manger. Les pommes de terres sont sèches, seule la tomate flétrie est mangeable. Une petite salade de fruits et un bout de fromage avec une tomate fraîche sont également servis. Lorsqu'un PNC me reprend le plateau, il constate que je n'ai rien mangé ou presque. Il me demande quel a été le problème, je lui répond que la nourriture est presque totalement sèche. Il s'excuse pour cela et je lui dis qu'il n'est pas responsable.

Arrivé à Istanbul, je suis un des derniers à sortir de l'avion. Je me dirige vers Madame Tüber (pseudo-cheffe de cabine?) qui dit au revoir aux passagers. Je lui dis merci pour le vol, mais qu'il y avait des choses qui laissaient à désirer. Je lui dis tout ce que j'ai écrit ci-dessus. Elle m'interrompt chaque fois, se défend que les passagers chiants sont chiants (non, c'est vrai?!) et au final s'énerve, me coupe la parole, me crie dessus en me disant «écoutez-moi! écoutez-moi!» alors que je n'ai pas terminé d'énumérer ce qui s'est mal passé, puis là, chose surréaliste, elle me tourne le dos et me dit:

«I don't care. We're the best company of the World !»
(Je m'en fous, on est la meilleure compagnie du monde !)

Bah voyons... Je prends son nom sur étiquette et lui promet d'écrire à son employeur.

De retour à Paris, sur Twitter, là, étrangement, alors qu'ils avaient été incapables de me donner une simple information du comment se déroulait une escale d'1h30 à l'aller sans donner des informations sensible de sécurité, sur les réseaux sociaux, quand je fais deux tweets demandant des explications notamment sur le surréaliste et arrogant «We're the best company of the World !» plus une autre chose questionnable s'étant passée lors de l'embarquement du vol suivant entre Istanbul et CDG, ils me répondent en 2 secondes et n'ont absolument plus besoin d'avoir mon numéro de billet électronique ni même mon numéro de réservation pour me répondre. Oh Wait...

Ils se sont excusés initialement avec un message lambda et générique: «nous sommes désolés d'entendre cela, bla bla bla, veuillez nous en dire plus, etc...».

En soi, très mauvais vol. Le siège était dur. Peu de place pour les genoux même au centre de l'appareil. PNC malhonnêtes, arrogantes, un peu hystériques, se prenant pour le centre du monde (non, vraiment, mes photos de vacances sont mieux sans leurs tronches dessus) nourriture pas très bonne et sèche, pas de couvertures propres, cabine trop chaude : «La meilleure compagnie du Monde» d'après Madame Tüber. Merci pour ce moment.

À d'autres.

Générale
Note globale
1 / 5
Rapport qualité / prix
1 / 5
A bord
Confort
1 / 5
Service
1 / 5
Sécurité perçue
5 / 5
Nourriture
3 / 5
Partager !
Avis utile ?
1
3
Par nashtags, à propos de Turkish Airlines, , près de Le Mee-sur-Seine, Île-de-France, France
Mise en ligne par admin, il y a 30 jours, voir la version originale
Signaler ce contenu

Vous représentez Turkish Airlines et vous souhaitez répondre à cet avis ou être notifié par email lorsqu'un avis est publié sur votre compagnie ? Merci de nous contacter !

  • Kit.
  • Plug-socket USB ne fonctionnant plus à moins d'appuyer la prise mâle vers le bas.
  • Souper.
  • Petit-Déj.
  • IFE.

Ajouter un commentaire

Consulter les avis sur Turkish Airlines